Les principes actifs des plantes
Les plantes ont développé au cours de l’évolution, des substances que l’on nomme principes actifs avec des fonctions différentes , cela peut être un moyen de défense contre des parasites ou autres agresseurs, une technique pour empêcher la croissance d’autres plantes à proximité et donc lui assurer une bonne nutrition, comme moyen de croissance ou pour le renouvellement de l’espèce.

Les principes actifs sont des substances chimiques se trouvant dans la plante médicinale agissant de façon isolée ou en association pour une action thérapeutique. Une plante médicinale peut contenir des centaines, voire des milliers de principes actifs différents.Cependant toutes les plantes ne contiennent pas le même type d'actifs, et c'est la raison pour laquelle on ne produit pas le même type d'extrait à partir de toutes les plantes.
La concentration en principes actifs d’une plante varie en fonction de l’âge de la plante, de la saison, du climat et de l’environnement en général. C’est pour cela qu’ il est important de bien connaître le meilleur moment de l’année, et même du jour pour cueillir la plante. Voici les principes actifs les plus courants :

Glucosides
D’un point de vue chimique, les glucosides sont des principes actifs comprenant deux fractions, soit une molécule glucidique (sucre) et une autre molécule dotée d’une fonction alcoolique (-OH). Dans cette classe de substances on compte les glucosides cardiotoniques (aussi appelés hétérosides cardiotoniques) qui permettent de renforcer l’activité cardiaque. Attention de ne jamais les utiliser en automédication, mais toujours sous forme transformée et avec une ordonnance médicale, car les glucosides peuvent être toxiques. La digitale pourpre et le muguet sont des exemples de plantes médicinales contenant des glucosides.

Saponines
Les saponines sont des composés fréquents dans les plantes médicinales. Les saponines ont essentiellement une action expectorante, ce qui permet d’augmenter les sécrétions bronchiques. On les utilise dans le traitement des affections des voies respiratoires supérieures comme la toux ou la bronchite. Nous pouvons citer la primevère, saponaire, comme exemples de plantes médicinales comprenant des saponines.

Alcaloïdes
Ces substances comprennent un composé organique azoté (N). La toxicité d’une plante est toujours signée par les alcoloides car le corps ne métabolise pas l’azote, il l’expulse immédiatement. Ce sont des principes amers, apéritifs, et qui ont une action directe sur le système nerveux. Les alcaloïdes peuvent représenter des structures complexes. Ces substances sont souvent toxiques ou dangereuses pour l’organisme, surtout à forte dose. Il faudra donc les utiliser sous strict contrôle médical et à un dosage très faible. Des alcaloïdes célèbres sont la scopolamine, l’atropine (qu’on trouve dans la belladone) ou la morphine. Les alcaloïdes peuvent avoir de précieuses propriétés en pharmacologie : anti-cancéreuses, antiparasitaires,… : La belladone, jusquiame noire, petite pervenche, pavot et la colchique d’automne sont des plantes médicinales comprenant des alcaloïdes.

Huiles essentielles
Il s’agit de substances complexes et très riches en principes actifs. Les huiles essentielles sont des composés très volatiles, comme dans les vapeurs d’eau. Le thymol est un composé de l’huile essentielle de thym très utilisé en phytothérapie, en particulier pour soigner les affections des voies respiratoires supérieures. Exemple de plantes médicinales comprenant des huiles essentielles : menthe poivrée, anis vert, fenouil, lavande vraie, thym…

Phénols et acides phénols (composés phénoliques)
Ces substances contiennent des atomes qui forment des cercles. Les principales propriétés de ces composés sont surtout antiseptiques (par ex. sur le système urinaire), antibactériennes et anti-inflammatoires. La célèbre molécule acide acétylsalicylique (aspirine) a été influencée par deux plantes médicinales. L’aspirine est un dérivé de la saliciline et de l’acide salicylique (qu’on trouve dans le saule blanc) ainsi que de l’aldéhyde salicylique (qu’on trouve dans la reine-des-prés). Toutes ces molécules appartiennent à la famille des phénols. Les lignanes sont aussi des composés phénoliques. La silybine (composant du chardon-Marie) aurait des propriétés protectrices du foie. Les flavonoïdes (lire ci-dessous) représente la plus grande famille des composés phénoliques. On estime que plus de la moitié des composés phénoliques connus (environ 8’000 en 2013) appartiennent à la famille des flavonoïdes. Exemple de plantes médicinales comprenant des phénols ou acides phénols : artichaut, romarin, reine- des-prés, verge d’or, saule blanc, chardon-Marie.

Flavonoïdes
Le terme flavonide vient du latin flavus, signifiant « jaune ». Les flavonoïdes donnent le pigment jaune orangé et bleu aux fleurs. Ils appartiennent à la classe des composés phénoliques.Les principales propriétés des flavonoïdes sont veinotoniques, protectrices (des vaisseaux), anticholestérol ou antioxydants. Il existe des milliers de flavonoïdes identifiés. Ex. de flavonoïdes connus: quercétine, acide chlorogénique.
Le ginkgo, la coriandre, le café, le thé vert, la tomate, la fraise, le cacao, sont des exemples de plantes médicinales comprenant des flavonoïdes.

Tanins
Les tanins sont des sucres dont l’acide de base est l’acide gallique. Appelés hétérosides, ils se répartissent en plusieurs sous-groupes, par exemple les gallotanins, les diacides galliques ou encore les ellagitanins. Ce sont des composés complexes pouvant être solubles dans l’eau ou l’alcool. Les tanins sont présents en quantité importante dans de nombreuses plantes médicinales et sont souvent très amers. Ils sont de la famille des flavonoïdes. L’origine du mot tanin vient de tanner, c’est-à-dire pour préparer le cuire. On distingue parfois les tanins hydrosolubles des tanins condensés. On peut trouver des tanins principalement dans les cortex, racines, fruits ou feuilles. Ils ont des propriétés surtout astringentes. Ils sont principalement utilisés en usage externe en particulier contre des blessures, plaies ou hémorroïdes. En usage interne on les utilise aussi contre la diarrhée et la gastro-entérite. Les tanins présentent aussi des propriétés antioxydantes, antibactériennes et parfois calmantes. La présence de tanins dans une plante nous apporte l’indication qu’elle a une propriété astringente, c'est-à-dire qu’elle possède la capacité de resserrer les tissus. Cette propriété astringente permet à la plante d’etre anti-diarrhéique, antivirale et anti-inflammatoire. Elle présente également une activité hémostatique, c'est-à-dire qu’elle est capable d’arrêter les hémorragies. Par ailleurs, elle peut diminuer la perméabilité des globules rouges, notamment dans l’hémolyse intravasculaire.
Exemple de plantes médicinales comprenant des tanins : aubépine, vigne, cyprès, hamamélis, alchémille vulgaire, aigremoine, fraisier, tormentille, herbe à Robert, thé vert

Saponosides
Le mot saponoside provient du savon et a donc des propriétés émulsionnantes et détergentes. Ils donnent à la plante des propriétés purifiante et adoucissante. Ces substances ont à la fois un côté hydrophile et hydrophobe. Elles sont parfois utilisées en cosmétique (ex. saponaire), mais de nos jours on préfère d’autres molécules (obtenue par synthèse chimique en général). Grands « nettoyeurs » des reins et des bronches, ils agissent de façon puissante dans le processus vasculaire. Ils ont de plus une cation lipolytique, c'est-à-dire qu’ils mangent la graisse, ils aident ainsi l’organisme à résorber les tumeurs graisseuses. Ils sont tout à fait capables de dégrader les cellules tumorales. Cicatrisants notamment au niveau des plaies cutanées, ils sont à la fois anti-inflammatoires et hémolytiques.D’un point de vue pharmacologique les saponosides ont des propriétés antitussives et anti-inflammatoires. Certaines plantes médicinales contenant des saponosides comme le petit houx sont utilisées pour soigner les hémorroïdes. Le réglisse, marronnier d’Inde, petit houx, ficaire, primevère, souci (calendula) sont des exemples. de plantes médicinales comprenant des saponosides

Substances amères
Les substances amères présentent, comme leur nom l’indique, un goût amer. En phytothérapie, elles sont surtout utilisées sous forme d’extrait alcoolique (teinture). Les substances amères ont principalement des propriétés digestives en stimulant le suc gastrique. L’absinthe et la gentiane jaune sont des exemples de plantes médicinales comprenant des substances amères

Lipides
Les lipides (corps gras) sont comme leur nom l’indique des substances grasses, elles sont hydrophobes (n’aiment pas l’eau). Les lipides ne sont pas volatiles (importante différence avec les huiles essentielles). Les lipides sont surtout extraits des graines. On les utilise principalement en dermatologie ou cosmétique sous forme d’excipient. Certaines huiles, comme l’huile de ricin, peuvent être utilisées comme laxatif. Attention à son effet irritant, demandez conseil à votre pharmacien pour la posologie. Ex. de plantes médicinales comprenant des lipides : ricin, soja, prunier, bourrache, onagre, amandier, olivier, arachide, maïs, tournesol, cerisier, abricotier

Mucilages
Les mucilages sont des molécules hétérogènes à base de polysaccarides. En contact avec l’eau, ces substances deviennent visqueuses. La guimauve, mauve, coriandre sont des plantes médicinales comprenant des mucilages.

Anthraquinones
Ces molécules sont des substances présentant un fort effet laxatif, indiqué pour effectuer des examens (coloscopie) ou lors de constipation occasionnelle. La bourdaine, la cascara, et la rhubarbe sont des plantes médicinales comprenant des anthraquinones.

Lactones sesquiterpéniques
Les Lactones sesquiterpéniques présentent diverses propriétés antibactériennes, antiparasitaires (contre le paludisme), etc. Il faut noter un important risque d’allergie avec ces molécules. Demandez conseil à votre pharmacien ou médecin, par exemple après une réaction allergique comme l’arnica (crème, teinture,…), si cette plante contient des lactones sesquiterpéniques. L’artémisine (molécule de l’armoise chinoise) est un lactone sesquiterpénique efficace pour soigner le paludisme. L’armoise chinoise, l’arnica et la grande camomille sont des plantes médicinales comprenant des lactones sesquiterpéniques .

Coumarines
Les coumarines ont une odeur typique de foin coupé. Ces substances ont surtout des actions veinotoniques et vasoconstrictrices mais aussi contre les troubles digestifs comme les maux de ventre. Le mélilot, l’angélique, la coriandre, le marronnier d’Inde, la lavande contiennent des coumarines.

Caroténoïde
Un groupe de molécules qui appartient aux terpénoïdes. Un caroténoïde important est le le lycopène (qu’on retrouve dans les tomates.)

Les sels minéraux
Calcium : 1% du calcium absorbé par l’organisme est directement impliqué dans le fonctionnement des cellules. Il régule le système nerveux, conforte les contractions du muscle cardiaque et concrétise l’absorption du fer au sein de notre métabolisme ainsi que celle de la vitamine B12. Il possède une action essentielle dans la croissance des os et des dents ainsi que dans la coagulation sanguine et le fonctionnement de nos muscles. Il se trouve déséquilibré par un excès de phosphore, le manque de magnésium, le stress, les troubles intestinaux ou un régime hyperprotidique.

Le chlore : il est l’un des sucs gastriques secrétés par les parois de l’intestin. Il agit en étroite corrélation avec le potassium et le sodium et présente une action dans la digestion. Il maintient l’équilibre osmotique dans notre organisme et a un rôle important dans le métabolisme de l’eau. En cas d’excès, il s’élimine facilement dans les urines.

Le magnésium : il équilibre les échanges cellulaire, notamment ceux des cellules nerveuses. C’est un régulateur important des contractions du myocarde. C’est également un bon décontracturant musculaire ( à taux normal) en excès, il inverse sa fonction. Il permet la fixation du calcium et du phosphore. Il est préventif du cancer ainsi que des états infectieux. Il est altéré par l’alcool, le stress, le tabac, la pilule, les hormones pour la ménopause ainsi que des produits raffinés. La vitamine B6, le calcium et le phosphore peuvent le préserver.

Le phosphore : il favorise la formation du squelette, solidifiant os et dents. Il est producteur d’énergie et agit sur l’état mental. C’est l’un des constituants de la lécithine et il est indispensable au fonctionnement des neurones. Toutefois en excès, il rend la personne hyperactive. L’excèdent de magnésium, d’aluminium et de sucre l’altère. La vitamine D, le calcium et le manganèse peuvent le rééquilibrer.

Le potassium : il permet la constitution des tissus et régule la teneur en eau de nos cellules. Il active l’élimination rénale des toxines et a une action diurétique importante. Il prévient et traite les crampes musculaires. Il est détruit par les diurétiques et les laxatifs, l’excès de sodium, le stress, l’alcool, le café et la transpiration excessive. La vitamine B6 peut le préserver.

Le sodium : il permet l’équilibre des liquides en osmose dans notre corps : il maintient la pression osmotique à l’extérieur des cellules. En excès dans l’organisme, il favorise l’hypertension artérielle ainsi que la cellulite, car il retient les liquides.

BIBLIOGRAPHIE
La phytothérapie, Sylvie VERBOIS, Eyrolles Pratique, 2015